Un retour du week-end des jeunes à La Puye - du 24 au 26 février 2012

Nous étions 25 jeunes et soeurs à nous réunir à La Puye pour deux jours de partages dans la convivialité et la simplicité... Deux jeunes participants ont écrit quelque chose de leur vécu.

"Chacun de nous avait quitté sa maison, son quotidien pour venir réfléchir sur le thème du "désert".

Pour certains, c’était l’occasion de profiter du désert offert par La Puye, lieu de silence, de simplicité, lieu d'une recherche d'un dialogue renouvelé avec Dieu.
Mais, pour d’autres, il y avait aussi la crainte que cette réflexion conduise à devoir affronter nos déserts personnels, ces lieux de solitude subie, de sécheresse et d’aridité dans nos vies et dans nos cœurs.
Peut-être était-ce aussi un peu des deux….

Chacun a vécu le week-end à son rythme et en liberté…une oasis dans le désert de nos vies bien réglées, voire parfois minutées. Prendre du temps pour Dieu, retrouver une relation avec lui… se mettre ensemble en chemin vers Pâques. Prendre également le temps de partager ensemble des moments précieux, de réflexion, de rires, d’amitié…

 

De tous ces moments partagés, je retiendrai cette phrase « Le désert n’est pas un but…il est lieu de passage… il est traversée » …ces déserts, subis ou choisis, négatifs ou positifs, ne sont que des passages… Dieu nous invite à ne nous perdre ni dans l’un, ni dans l’autre.
Nous avons tous dans nos vies besoin parfois de nous ressourcer, de retrouver le silence, le plaisir de la prière mais Dieu nous invite à retourner ensuite dans le monde, nous envoie vers les autres.
Nous traversons tous des moments difficiles, où nous nous sentons abandonnés de tous et même de Dieu, mais nous sommes invités à regarder plus loin, à être attentifs aux oasis et à traverser ces moments pour aller vers les bras ouverts qui nous attendent, ceux du Père et ceux de nos frères." Laure

 

"Pour la première fois j'ai participé à ce weekend avec le groupe des jeunes. Un temps qui m'a beaucoup marqué par l'ouverture de tous, vers tous sans aucune barrière, alors qu'on ne se connait pas. En seulement 2 jours, nous avons énormément partagé et échangé. Mais nous avons aussi chacun pu prendre le temps de nous mettre au calme, de s'isoler pour méditer." Joan