Connaître Saint André-Hubert Fournet : l’état de la recherche

Claude GARDA - L’Isle-Jourdain

Sept mois et demi après la mort du Père André Fournet paraît son éloge dans l’Ordo du diocèse de Poitiers : ce texte en latin1 n’est pas vraiment inattendu puisqu’à l’époque l’usage veut que tous les prêtres décédés dans le diocèse au cours de l’année écoulée aient droit à une mention dans le nécrologe annuel ; toutefois, on est frappé par la longueur inaccoutumée de cet éloge – une vingtaine de lignes – où se trouve condensé ce qui a frappé ses contemporains et qui révèle que l’on a affaire à quelqu’un d’exceptionnel.
Ce texte a été écrit très probablement2 par un jeune prêtre de 30 ans, l’abbé Charles-Antoine Cousseau (1805- 1875) qui va devenir en 1850 évêque d’Angoulême. C’est lui qui a prononcé l’éloge du défunt lors des funérailles dans l’église de La Puye le 16 mai 1834. Il est alors professeur au grand séminaire de Poitiers et a eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois le Père André...
Télecharger le document