Formation Internationale, rencontre à la salle à manger du Bon Père…

Ouverture de l’année 2012-13, année qui renvoie au message des lieux fondateurs…

Extension et Enracinement.
A mesure que les branches s’étendent, les racines s’enfoncent…
En ce lieu, faisons mémoire de nos lieux fondateurs, de notre histoire… le fil conducteur pour nous :
La Mémoire du Seigneur au  Lavement des pieds et au Partage du pain…
Une histoire sainte pétrie de pâte humaine, plongée dans la vie des gens, et toujours située en Eglise.

Des lieux, des moments et des évènements…

A l’escalier du presbytère. Le  Bon Père si représentatif de son temps et de son Eglise,  plongé dans son monde…et la brèche du passage du mendiant…il sera de ce monde, pas du monde… au presbytère de Maillé,  une affaire de couvert mis sur une table, une affaire de bout de pain…une affaire de rencontre de deux mondes … de remise en cause… Où était l’Eglise ? Quel était le visage d’Eglise ?

La Rencontre des Marsyllis. Tout est bouleversé. L’Eglise et  la Société   sont remises en cause… Pourquoi ? Pourquoi tant d’acharnement ? Où était l’Eglise de ce temps là? Et quelle  Eglise ? Laquelle est la vraie ? Au creux des peurs, des lâchetés, des ambitions et de l’asservissement qui continue, des bonnes volontés… en des  lieux de rencontre autour de l’Eucharistie…Pain partagé et Envoi pour le lavement  des pieds. En ce temps là, c’était une grange, le Bethléem de la Congrégation.  Une modeste cellule d’Eglise ?  L’Eglise en ce temps...en ce lieu ?

Molante. « J’ai pris une Maison de campagne de ferme ici » écrit Elisabeth. Importance de structurer la vie religieuse  des premières sœurs, donc on cherche la  proximité du Bon Père…Il a écrit quelques temps auparavant : « Hâtez vous de venir ici… » Quel  poids  a le mot « ici » en ce temps là et pour nous  aujourd’hui. Ici : Béthines ? Molante ? Le lieu où se continuent  le Partage du Corps du Christ et le service du frère et de la sœur… Autrefois et maintenant, le  « ici » des petites communautés chrétiennes, des petites communautés religieuses, quel visage d’Eglise ?

La Grotte sous le chêne - Accueil de la femme mourante découverte dans la grotte sous le chêne...Ouvrir la maison aux souffrants...leur donner la place... quelle place ? Ce que nous vivons aujourd’hui, à La Puye et ailleurs, dans la Congrégation...ouvrir les portes...et si c’était le Seigneur, le Christ aujourd’hui ? Appel mystique de ce lieu symbolique dont l’accès seulement  appartient à la Congrégation, Signe du Mystère Pascal... Y venir avec des enfants, des handicapés…Quel visage d’Eglise ?

Rochefort et St Phèle -Plongée des sœurs dans le monde de ce temps là, dans la société... besoin de proximité avec le Père Fournet et les gens...Et là, à St Pierre de Maillé, entrée  dans le monde de la vie religieuse, par la rédaction et la présentation des Premières  Constitutions au diocèse... notre nom Filles de la Croix à partir du tableau de l’Eglise St Phèle,  notre premier  lieu de culte.… La marque de la Croix dans le corps d’Elisabeth...Paris, l’opération, la souffrance, les inquiétudes  et (de la blessure naît la vie) l’ouverture vers un avenir très différent, imprévu....la pauvreté la fait mendier à la Cour  et ouvrir à un avenir...un peu effrayant par sa nouveauté... (Seulement 2 communautés autour de Maillé...jusqu’en 1817 -  puis Issy – Orléans – et Antony, Mantes, Bruyères, Ivry,  Valençay et Meudon avant 1820). Difficultés pour entrer dans le monde,  nouveau pour la Congrégation,  le monde urbain où la collaboration avec les laïcs est indispensable ...mais comment ?   La collaboration des laïcs, en cette époque, est indispensable, et à inventer...et la formation des sœurs pour le  monde urbain ? Avec ses ratés inéluctables...et pourtant,  « Soigner et instruire les pauvres, c’est imiter le Maître même. »  ? A travers le temps, nous faisons l’œuvre de Dieu grâce aux laïcs.

La Puye – Dompter la pierre et les mauvais chemins -  Arrivée à La Puye,  1820…Les problèmes pour y vivre  sont grands,  besoin de logement d’abord... donc, de travaux …tant qu’il y a de quoi payer.   Il faut vivre le monde rural de ce temps là. La petite Congrégation est plongée  dans la Société et l’Eglise de ce temps là …  On demande, on recherche les religieuses…on appelle de partout…on manque de sœurs pour toutes les demandes. Et  pour répondre, les expéditions que sont les fondations d’Igon et d’Ustaritz…Importance d’Igon et Ustaritz, lieux centres avec noviciats… Décentrage géographique de la Congrégation. Insertion dans l’Eglise de ce temps et de ces lieux selon la mission.  La Révolution de 1830  ferme les revenus et déjà se fait sentir en France la « sécularisation » progressive des mentalités… Quel visage d’Eglise par les sœurs de ce temps là ? Après la mort des Fondateurs,  fondations en Italie, appels de la duchesse de Parme, descendante de la famille   royale de France, et en Espagne, appels de prêtres... Bilbao, Santurce, pour des milieux populaires. A La Puye construction du grand Noviciat et de la grande Chapelle…puis vient la diaspora de la Congrégation par la sécularisation de l’enseignement… qui nous envoie (inattendu) en particulier en Amérique du Nord et du Sud …lieux de mission imprévisibles auparavant… Ensuite à l’appel de l’Eglise, mission de nos sœurs en Chine,  puis au Congo belge, au Brésil, en Côte d’Ivoire, et au Burkina… et en Thaïlande… chacune de ces fondations avec son histoire et celle de la vie de nos sœurs engagées … Quel visage de l’ Eglise en cette diaspora et quel visage d’Eglise contribuons - nous à faire là où nous sommes?

La Maison de Famille…à travers le temps

La Puye, depuis les friches du XIIème siècle, temps de défrichage, d’assèchement et de construction par des moines fontevristes… et toute cette longue histoire du monastère  à travers les hauts et les bas de presque huit siècles de présence monastique… Visage de l’Eglise de Jésus Christ en ces temps- là.

Cette maison, (dite Maison du Bon Père) a été l’hôtellerie du monastère, puis une auberge, puis la maison où habita le Bon Père jusqu’à sa mort. Elle est marquée aujourd’hui, elle aussi,  par l’Eucharistie…qui s’y célèbre quelquefois.  Cette pièce, un peu reliquaire dans sa simplicité qui dit l’essentiel…C’est le Lieu – centre  de tous les bâtiments, édifice restructuré par Sœur Elisabeth, qui est  le plus authentique de ce qu’on pu  connaître de ces lieux nos fondateurs et nos premières sœurs.

Cette maison que le Bon Père voulait ouverte. Elle l’est à tous, à ceux qui viennent pour lui parler, à ceux qui ont besoin de quelque chose, qui n’ont  pas osé demander aux sœurs mais qui osent avec lui, lui qui, lorsqu’il est malade, fait monter le visiteur, fut-il un mendiant, dans sa chambre et le fait
s’asseoir près de lui devant la petite cheminée…. Tout à côté est son minuscule bureau  d’où partiront tant de lettres aux sœurs, lettres péniblement écrites de sa calligraphie tremblée, porteuses  d’encouragements, de conseils et si souvent en référence au Christ de la Crèche, de la Croix et de l’Eucharistie…

Cette table où le Bon Père a pris ses repas pendant quatorze ans, évoque à la fois la Cène et le passage des pauvres… dans la maison bien antérieure au Bon Père… car cette pièce, retouchée un peu, avait donc été parloir des fontevristes, et salle d’auberge.  Salle à manger du Bon Père et de ses invités, connue des « pauvres » et des gens de toute condition, qui venaient le rencontrer, elle vit passer bien des gens...  puis servit de réfectoire aux aumôniers…Aujourd’hui, c’est un des lieux porteurs de  vie spirituelle…Le Bon Père  a vécu ici, il y reste son message d’accueil, de simplicité, d’Eucharistie …qui est célébrée quelquefois. C’est un lieu de  partage de Parole et de Prière ...cadre  simple et recueilli.  Quel visage d’Eglise formons-nous ici ensemble ?

Lieu - important aussi, mais moins accessible,  la cellule de Sœur Elisabeth. Lieu aujourd’hui hautement symbolique dans sa situation actuelle, parmi les résidents de la Maison de Retraite.… Ce que vivons aujourd’hui à  La Puye – ailleurs dans la Congrégation - lorsque nos locaux s’ouvrent à  d’autres,  fait partie de notre  histoire...Notre histoire  en Eglise et dans le monde aujourd’hui …Les bâtiments de La Puye et leur destination en sont témoins.

Aujourd’hui, l’EPHAD, la Maison de Retraite, occupe les locaux de ce qui fut construit pour être, et qui fut presque cent ans, un Noviciat… La population bénéficie de ces bâtiments. Et aujourd’hui il y a un Noviciat de Filles de la Croix à Ouagadougou en Afrique. Quelle histoire de l’Eglise et comment nous lui appartenons ?

Et une nouvelle construction, juste sortie de terre,  avec cette force symbolique d’être à la fois autour et dans les bâtiments existants. Elle est pour les plus démunis, les malades atteints de la maladie d’Alzheimer…Elle s’appelle « Espace Maria Laura ».

Sœur Maria Laura, Sœur Marie - Perpétue, Ste Jeanne – Elisabeth et le Bon Père peuvent être tranquilles… La mission continue…  « ici » et dans tous les ici de nos insertions. La suite de Jésus à travers « Enseigner, Guérir » continue…dans notre famille élargie,  en Eglise et dans le monde de 2012.   Aujourd’hui, à  La Puye ici  le charisme est vivant. Il l’est comme en un lieu  source où l’on peut venir se recueillir pour puiser ensemble…

Et vous êtes, nous sommes ici présents,  en ce lieu source, en cette salle qui récapitule en sa simplicité la force symbolique de notre charisme fondateur. Nous y sommes rassemblés, encommunauté de foi, autour de la table qui évoque, comme aux Marsyllis, l’Eucharistie et les pauvres...les deux trésors du charisme reçu et à transmettre.

Vous êtes ici : Accueil Missions Congrégation Actualités Congrégation Formation Internationale, rencontre à la salle à manger du Bon Père…