Ascension

108  À Sœur Marie-Perpétue.   15 mai 1831

À la Sœur Marie-Perpétue, Fille de la Croix à Ustaritz, par Bayonne, département des Basses-Pyrénées. À Ustaritz.

Ma révérende Sœur,

Quand nous voyons des âmes justes sortir de ce monde, nous devons nous réjouir : pour elles, puisqu'elles sont délivrées d'un grand danger de périr ; pour nous, puisqu'elles vont nous servir d'avocates dans le Ciel ; et selon Dieu même, puisqu'elles vont le glorifier éternellement.

Que le spectacle de l'Ascension vous console donc, ma Sœur, de la mort de vos Sœurs : elles ne sont pas mortes mais plus vivantes qu'avec leur corps et, quoique vous ne les voyiez pas, elles vous servent mieux que lorsque vous vous félicitiez de les posséder vivantes parmi vous. Notre divin Chef a plus manifesté ses bienfaits après sa mort que pendant sa vie mortelle.
Nous avons bien des Sœurs mortes spirituellement. On est sur le point d'en renvoyer encore plusieurs. La Sœur Saint-Marc est-elle un peu ressuscitée ? Il faut veiller à ce qu'elle ne tracasse pas trop la supérieure qui pourrait perdre courage.
Sanctifiez-vous de plus en plus, sanctifiez et faites sanctifier le nom de Dieu. Rappelez à vos Sœurs qu'il a fallu que les apôtres se soient corrigés de l'attachement trop humain qu'ils avaient pour l'humanité de N.S. Jésus : sans cela, ils n'auraient pas reçu sa divinité, son Esprit. À combien plus forte raison devons-nous nous détacher de nous-mêmes et de tout ce qui n'est pas Dieu, Dieu seul, dans les pensées, les désirs, les paroles, les intentions et les actions.
Je vous bénis toutes, je vous désire la grâce et la charité, et je suis votre serviteur.
André

 

Vous êtes ici : Accueil Spiritualité Prier Ascension